BAZAS Cité médiévale

blason de Bazas


Dès le 1er âge du fer, elle s'affirme comme une des places-fortes du Sud-Ouest, elle se dote de remparts et de portes monumentales qui lui confèrent très tôt un rôle militaire et une certaine suprématie.

Cité épiscopale située sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, Bazas fut, jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, siège d'un diocèse englobant les villes de Langon, la Réole et Casteljaloux, qui s'étendaient des rives de la Leyre à celles de la Dordogne. Siège du présidial, Bazas cumule les fonctions administratives et judiciaires et s'impose alors très vite comme le plus puissante ville de la région qui porte son nom : le Bazadais.

Son prestige lui a d'ailleurs valu la visite d'illustres personnages tels Richard Cœur de Lion, François 1er et Charles Quint, Catherine de Médicis et Charles IX, Louis XIV et son petit-fils Philippe V roi d'Espagne, ou encore Napoléon et Charles IV d'Espagne pour ne citer que les plus fameux..

Disputée par Anglais et Français au cours de la guerre de cent ans, Bazas revint à la France en 1441.

1561 est une date sombre dans l'histoire de Bazas : les huguenots pénétrèrent dans la ville et dévastèrent la Cathédrale. L'illustre évêque Arnaud De Pontac sauva le triple portail d'une destruction totale et le restaura.

En 1562, lors des guerres de religion, le sire de Duras du parti huguenot prend la ville : il y coupe les lèvres des prêtres.

Louis XIV y logea alors qu'il revenait de Saint-Jean-de-Luz où il avait épousé Marie-Thérèse d'Autriche.

Classée monument historique dès 1840, la cathédrale gothique est le plus important édifice de la cité. Édifiée du XIème au XIVème siècles, elle fut rebâtie entre 1583 et 1655.

La ville fut chef-lieu de district de 1790 à 1795, puis sous-préfecture jusqu'en 1926.

Bazas a su conserver, de ce riche passé historique, de superbes vestiges.

La Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Cathédrale

Au début du XIIIème siècle, l'évêque Arnaud de Pins décide de bâtir une cathédrale gothique en lieu et place de la cathédrale romane.

Classée Monument Historique dès 1840 et inscrite au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO dans le cadre des Chemins de Saint Jacques de Compostelle depuis 1998.

La place à arcades

Place à arcades

Grande place à arcades bordée de nombreux hôtels particuliers.

Le palais du Présidial

Présidial

Le palais du présidial ou cour de justice est construit en 1733 par l'architecte Michel Marceron.
Il remplace l'ancien palais construit en 1553 qui menaçait ruine.

La halle

Halle

Construite dans sa forme actuelle en 1890 par l'architecte Jean-Jacques Valleton. Ensemble élégant de pierres et de briques.

L'apothicairerie de l'hôpital Saint-Antoine

Apothicairerie

Elle date du début du XVIIIème siècle et constitue un ensemble remarquable, comme il en existe très peu en France. C'est l'un des joyaux de Bazas.

De belles boiseries en chêne sculpté présentent une exceptionnelle collection de verreries locales ( bouteilles, cantines, carafes, fioles ou flacons ) et de pots en faïence stannifère : albarels ( vases de Lyon du XVIème, vases de Montpellier du XVIIème ), pots de Bordeaux du XVIIIème aux décors de camaïeu bleu ( pots couverts, chevrettes, piluliers, pots de monstre ), pots du Sud-Ouest du XVIIIème ( pots canons, pots pourris ) etc..

L'office de tourisme organise des visites guidées ; le contacter.

Un numéro spécial des " Cahiers du Bazadais " est consacré à l'apothicairerie de Bazas. On peut se le procurer auprès des " Amis du Bazadais " ( Hôtel Mauvezin, B.P. 34, 33430 BAZAS ).


L'APOTHICAIRERIE DE L'HÔPITAL DE BAZAS ET SES POTS DE PHARMACIE (par Charles TAMARELLE, 01 février 2007)
sur le site de la Société de Pharmacie de Bordeaux

socété de pharmacie de Bordeaux